2018 Procès-verbal – Assemblée générale annuelle

 Assemblée générale annuelle 2018 Association des propriétaires du lac Perreault
COMPTE RENDU 12 Août 2018 10 H au 5296 CHEMIN DU LAC PERREAULT

RÉUNION ORGANISEE PAR Conseil d’administration de l’Association des propriétaires du lac Perreault (APLP)
TYPE DE REUNION Assemblée générale annuelle de l’APLP
ANIMATEUR Patrice Bergeron, président du Conseil d’administration de l’APLP
PARTICIPANTS 47 personnes, provenant des 65 chalets du Lac Perreault et des 6 du Lac Fin.

ORDRE DU JOUR
1. Ouverture de l’Assemblée
1.1. Mot de bienvenue
1.2. Adoption de l’ordre du jour
1.3. Invité : M. Gabriel Bolduc Deraspe, M. Atdr, M. Sc. biogéosciences
1.4. Adoption du procès-verbal de l’Assemblée générale annuelle du 9 juillet 2017
2. Présentation
2.1. Présentation et adoption changement du statut
2.2. Présentation du rapport du président
2.3. Rapport des activités de l’année 2017-2018
2.4. Présentation des résultats financiers 2017-2018
2.5. Présentation du rapport sur qualité de l’eau et présence de cyanobactéries
3. Période de questions
4. Conseil d’administration
4.1. Élections
5. Autres sujets
6. Fin de l’Assemblée
7. Remerciements 8. Levée de l’Assemblée

Compte rendu

1- OUVERTURE DE L’ASSEMBLÉE

1.1. Mot de bienvenue : Le président du Conseil d’administration, Patrice Bergeron, ouvre la réunion à 10 h. Il souhaite la bienvenue à tous les propriétaires et résidents présents et invite chacune des personnes à se présenter.

1.2. Adoption de l’ordre du jour

Le président fait la lecture de l’ordre du jour remis au début de l’Assemblée (précédemment transmis par courriel). Sur proposition de Marc Boissonneault, appuyée par Cynthia Sheehan, l’ordre du jour est adopté tel que présenté. 

1.3. Invité : M. Gabriel Bolduc Deraspe, M. Atdr, M. Sc. Bio géo science

Le président présente à l’Assemblée M. Bolduc Deraspe, qui nous entretiendra de la question des fosses septiques, un sujet d’intérêt pour l’ensemble des propriétaires et résidents. Le conférencier est diplômé en aménagement du territoire et en bio-science de l’environnement. L’entretien porte sur les installations sanitaires autonomes (ISA), plus communément appelées fosses septiques et les systèmes qui leur sont associés. À partir d’un dessin distribué aux personnes présentes, il explique la problématique de la bio-masse (les nutriments des plantes, l’azote, le phosphore…) et rappelle que les fosses, vidangées de manière usuelle aux quatre ans, doivent être étanches. Il répond ensuite à plusieurs questions des membres concernant les produits domestiques, la durée de vie des installations (20-25 ans), les champs d’épuration (éviter d’y faire déverser les gouttières) et l’utilisation des bactéries, la capacité des installations, leur caractère inflammable et explosif, les liens avec les installations des voisins, etc. L’Assemblée semble très attentive et avide d’informations sur le sujet.

1.4. Adoption du procès-verbal de l’Assemblée générale annuelle du 9 juillet 2017

À l’invitation du président, Johanne Daigle, secrétaire de l’Assemblée, présente un résumé du procès verbal déjà transmis par courriel aux membres. Sur proposition de Pierrette Tremblay, appuyée par Suzie Morin, le procès-verbal est adopté tel que présenté.

2- PRÉSENTATION

2.1. Présentation et adoption changement du statut

Le président, Patrice Bergeron, présente une demande de changement du statut de l’Association pour répondre à un double objectif : représenter adéquatement le secteur qui couvre les lacs Perreault et Fin et intervenir plus efficacement comme association représentante des propriétaires de ce bassin versant. Ainsi, au nom de l’Association des propriétaires du lac Perreault s’ajoute ceux du lac Fin. Sa mission, transcrite à l’endos de l’ordre du jour distribué aux participants se définit comme suit :

« L’Association des propriétaires du lac Perreault et du lac Fin (APLPF) est vouée à la conservation et à l’amélioration de la santé environnementale de ces lacs, tout en considérant les intérêts de l’ensemble des riverains.

Elle vise plus spécifiquement l’atteinte des trois objectifs suivants :

1) Promouvoir la mise en valeur et la protection du bassin versant, des berges et des lacs et participer à leurs suivis environnementaux.

2) Sensibiliser et informer les riverains sur leurs impacts et responsabilités qui touchent aux éléments qui influencent la qualité environnementale.

3) Intervenir, au besoin, auprès des autorités gouvernementales, municipales et autres organismes. »

La proposition de changement de statut est reprise par Pierrette Tremblay, appuyée par Jérôme Lamonde. Le vote n’étant pas demandé, la proposition est adoptée à l’unanimité.

2.2. Présentation du rapport du président

Le président fait état des contacts de l’Association avec la municipalité autour d’un ensemble de questions :

1) La question des tests d’eau sur laquelle la municipalité avait d’abord signifié son refus d’assumer dorénavant les paiements, choisissant de mettre fin à ces tests permettant de connaître la qualité des eaux. L’Association a choisi de poursuivre ces tests à ses frais, estimant que la surveillance des aux (eaux) constituait le but premier de son existence. 2) La gestion de la vitesse sur le chemin des lacs Perreault et Fin, causant de la poussière qui se retrouve dans les eaux du lac Perreault, et une source d’insécurité pour les résidents. La municipalité avait d’abord accepté puis décliné sa responsabilité de poser des dos d’âne sur le chemin, amenant l’Association à placer un panneau visible à l’entrée des lacs, demandant de ralentir pour ces motifs. L’Association a aussi demandé à la municipalité de poser une indication de limite de vitesse à 20 km/heure, ce qui n’a pas été agréée. 3) La question des embarcations qui viennent d’autres cours d’eau et qu’il faut nettoyer pour éviter l’introduction de plantes envahissantes. Celle-ci peut venir, comme le suggère un résident, d’embarcations à moteur mais aussi des kayaks aisément transportés sur le toit des voitures.

Sonja Behmel explique à l’assistance que les plantes envahissantes peuvent être disséminées autour des hélices des embarcations et qu’il suffit d’aussi peu que de deux centimètres d’un plan pour qu’il prenne racine dans nos lacs.

Une résidente questionne le statut du débarcadère sur un terrain appartenant à la municipalité qui ne prohibe pas le stationnement ni ne l’annonce non plus. Ce statut discret paraît préférable puisque les eaux sont des lieux publics.

Un résident avance l’idée d’un code d’éthique du « bon propriétaire », lequel inclurait des prescriptions concernant la poussière causée par la vitesse, la sécurité des enfants, la question du bruit à des heures tardives par exemple.

2.3. Rapport des activités de l’année 2017-2018

Rénald Lessard est invité à présenter le rapport des activités pour l’année écoulée. Il remercie Nicole Gauthier et Normand Collins, résidents du lac Fin, qui ont accepté de mettre leur pédalo à la disposition du comité pour effectuer les tests d’eau sur ce lac. Les tests d’eau se sont poursuivis pour les lacs Perreault et Fin. L’Association a délégué des représentantes pour participer au réseau de rencontres et d’échanges en assistant aux réunions conjointes avec des représentants de l’ensemble des lacs de Saint-Ubalde. D’autres représentations ont été faites au conseil de ville de Saint-Ubalde notamment lors de la période de questions, en plus des représentations sur les dossiers évoqués précédemment. Un bulletin d’information dont Christiane Hamel est responsable est désormais produit régulièrement, en particulier aux changements de saison, lequel contient des informations pertinentes pour l’ensemble des résidents. Le site internet est également en voie d’être réactualisé. Nous informons les membres que sur notre nouveau site web, il y aura une possibilité d’afficher une publicité pour seulement 10$ par mois, soit 120$ annuel. Les personnes intéressées sont invitées à entrer en contact avec nous. L’Association a mis en place cette année des visites de terrain effectuées par des agronomes dans le but de végétaliser et ainsi de sécuriser davantage les berges. Enfin, le conseil a pris l’initiative, devant le refus de la municipalité limitant son mandat au chemin, de résoudre la capture d’un castor qui causait de sérieux dommage aux arbres sur les terrains de résidents et des embâcles. Au total, le conseil d’administration a tenu quatre réunions pendant cette année.

Parmi les activités à venir en 2018-2019 figure la participation active au comité du bassin versant de la rivière Blanche, la poursuite des relations entre associations de riverains et la municipalité de Saint-Ubalde, la participation à la Journée de conférence des lacs, la réalisation et la diffusion des résultats des tests d’eau, la poursuite de l’actualisation du site web et la supervision et l’encadrement

de visite d’un agronome pour l’aménagement des terrains (juin 2019).

2.4. Présentation des résultats financiers 2017-2018

Huguette Simard présente les états financiers de l’Association (feuille transmise aux personnes présentes. Les cotisations des membres se sont élevées à 740$, soit une diminution depuis l’année dernière. Les tests d’eau ont accaparé la plus grande part des déboursés de l’ordre de 892,54$. Le solde restant s’élève à 1243,89$, ce qui suffira à couvrir les dépenses à prévoir, dont la mise à niveau du site web.

2.5. Présentation du rapport sur qualité de l’eau et présence de cyanobactéries Michel Simard et Sonja Behmel informent l’Assemblée de l’état des eaux des lacs Perreault et Fin, en mentionnant que des tests d’eau sont effectués depuis dix ans pour le premier lac et depuis six ans pour le second. Cela signifie la réalisation de 10 tests de transparence et de trois tests plus approfondis servant à mesurer la chlorophylle de type A, les algues microscopiques et le phosphore. Des graphiques et rapports seront (sont) disponibles sur le site web de l’Association. Ils concluent que les eaux du lac Perreault sont excellentes, et celle du lac Fin, plus ancien et plus chargé de matière organique, plutôt bien également. Cet équilibre reste toutefois fragile et il ne faudrait pas ajouter de nouvelles résidences pour la capacité limitée de ces lacs. L’assistance pose des questions sur la présence de ce qui ressemblait à une plaque d’huile sur le lac Perreault. Sonja Behmel répond qu’il peut s’agir d’un déversement d’essence à moteur, d’une fuite lors d’un changement d’huile d’un véhicule 4 roues, voire de décomposition de cyanobactéries. Elle invite les gens à signaler, par des photos et la localisation, de tels événements, mais également la présence de fleurs d’eau ou de plantes aquatiques qui sont encore peu nombreuses cette année, possiblement en raison de la chaleur. De telles plantes pourraient apparaître en cours d’automne. En réponse à une autre question concernant la présence de sangsues dans le lac Perreault, elle mentionne que leur présence peut s’expliquer par la chaleur inhabituelle de l’été 2018 et qu’il n’y a guère à s’inquiéter après l’examen en laboratoire d’un prototype. Elle précise qu’il existe quelques 700 espèces de sangsues dont une seule est reconnue pour affectionner le sang humain, une espèce par ailleurs en voie de disparition. Elle invite les gens à apporter au comité d’autres spécimens pour fins d’analyse.

3. PÉRIODE DE QUESTIONS

Les membres présents posent des questions concernant les normes régissant les terrains lors de vente de propriété (espace requis pour construire), les animaux sauvages (canards et autres espèces) qu’il convient de ne pas nourrir, sur le bruit à des heures tardives. Une partie des sommes engagées pour les tests d’eau devraient par ailleurs être recouverte. La municipalité, qui avait suspendu les paiements pour les tests d’eau et la distribution de plantes, en allouant des sommes directement à la CAPSA pour le bassin hydrographique, devrait revoir ce fonctionnement.

Une résidente signale le problème que peuvent causer les bateaux à moteur suivant la vitesse de circulation (brassant les zones sédimentaires du lac Perreault) et se profilant à moins de 30 mètres des berges, causant des inquiétudes pour les prises d’eau des résidents et pour la sécurité des baigneurs.

Le président prend bonne note de ces interventions, en précisant que le conseil d’administration poursuit son travail de sensibilisation et ce, dans le respect des résidents. Il note aussi l’importance de prévenir nos visiteurs occasionnels sur ces enjeux.

4. CONSEIL D’ADMINISTRATION 

4.1. Élections

Le président Patrice Bergeron mentionne que quatre postes sont à pourvoir au Conseil d’administration de l’Association à la suite de la fin des mandats de deux ans de Sonja Behmel, Patrice Bergeron lui-même, Huguette Simard et Michel Simard. Il suggère que Rénald Lessard agisse à titre de président d’élection. La proposition est reprise par Marc Boissonneault et appuyée par Jean-Marc Drolet.

Les quatre membres en fin de mandat ont tous précisé souhaiter briguer un autre mandat. Cynthia Sheehan a proposé la candidature de Michel Simard, Huguette Simard, celle de Sonja Behmel, Suzie Morin, celle de Patrice Bergeron et Martin Audet celle de Huguette Simard. Personne dans l’assistance n’a manifesté l’intention de se présenter. Conséquemment, les quatre membres ont été réélus par acclamation pour un mandat de deux ans.

5. AUTRES SUJETS

Il n’y a rien à signaler sous cette rubrique.

6. FIN DE L’ASSEMBLÉE

Devant le temps qui file plus rapidement que prévu, le président met rapidement fin à la réunion.

7. REMERCIMENTS

Marc Boissonneault a présenté une motion de remerciements pour l’excellent travail bénévole accompli par le comité.

8. LEVÉE DE L’ASSEMBLÉE

Sur proposition de Jacques Simard, appuyée par Marc Boissonneault, l’assemblée est levée à 12h42.